GROSSESSE NON-DESIREE

Au Luxembourg, chaque personne a la liberté de choisir, sans contrainte, si elle souhaite ou non poursuivre sa grossesse. Si la personne choisit de ne pas poursuivre la grossesse, elle a la possibilité de recourir à l’interruption volontaire de grossesse, c’est-à-dire à un avortement. 

Attention ! L’interruption volontaire de grossesse (IVG) n’est pas un moyen de contraception.

L’IVG est autorisée au Luxembourg si elle est pratiquée sous certaines conditions. Elle doit notamment intervenir avant la fin de la 12ème semaine de grossesse (14 semaines d’aménorrhée = début des dernières règles). Au-delà de ce délai, vous êtes libre de vous rendre dans un autre pays de l’Union européenne pour interrompre votre grossesse. Les délais légaux varient d’un pays à l’autre. Vous pouvez trouver plus d’information sur les politiques nationales des pays européens en termes d’IVG au lien suivant : European Abortion Policies Atlas.

Important : Un délai de réflexion de 3 jours entre le 1er rendez-vous gynécologique et l’IVG est obligatoire.  Durant ce premier rendez-vous gynécologique, une échographie sera réalisée de manière à dater plus précisément la grossesse, c’est-à-dire déterminer depuis quand la grossesse a débuté, mais aussi, à quel endroit se situe l’embryon ou le fœtus. Durant l’échographie, aucun son ou image ne sont présentés à la patiente souhaitant avoir recours à l’IVG. Ces tests sont donc réalisés pour assurer les meilleures conditions dans la suite de la procédure. 

COMMENT CA MARCHE ?

Il existe deux types d’interruption volontaire de grossesse : 

  • L’IVG médicamenteuse
  • L’IVG chirurgicale. 

Ces deux méthodes peuvent être pratiquées jusqu’à 12 semaines de grossesse (14 semaines d’aménorrhée). 

 

L’INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE MEDICAMENTEUSE : 

 

Cela consiste en la prise orale de 2 médicaments à 48 heures d’intervalle. 

Le premier, la Mifépristone, bloque le mode d’action de la progestérone, hormone qui permet entre autres de maintenir la grossesse dans l’utérus via l’endomètre, la paroi interne de l’utérus. La prise de Mifépristone va donc mener au décollement de l’endomètre. Il s’agit du même mécanisme que lorsque l’endomètre se détache au moment des menstruations. 

Le deuxième médicament, le Misoprostol, va provoquer des contractions utérines afin d’expulser l’embryon ou le fœtus (cf. au moment de l’IVG), ainsi que la membrane utérine (l’endomètre). Cela se produit généralement environ 12 heures suivant la prise du médicament. 

L’IVG médicamenteuse peut être pratiquée par un·e médecin généraliste ou un·e gynécologue. 

L’IVG médicamenteuse peut également se faire à domicile, suivant l’avis d’un·e médecin généraliste ou d’un·e gynécologue, mais dans le cadre d’un suivi médical spécifique. 

Attention, les médicaments utilisés lors de l’IVG médicamenteuse, aussi parfois appelés pilules abortives, ne sont PAS des pilules d’urgence. Pour plus d’information, rendez-vous sur la page « pilule d’urgence ».

 

L’INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE CHIRURGICALE : 

 

Cette procédure nécessite une anesthésie générale. Quelques heures avant la procédure (environ 3h), le.la médecin va insérer 2 comprimés de Misoprostol dans le vagin afin de faire dilater le col de l’utérus. Cela vise à faciliter l’introduction d’une canule (un tube) dans le vagin et l’utérus. Cet instrument médical sert à aspirer le contenu de l’utérus, c’est-à-dire, l’embryon ou le fœtus (cf. au moment de l’IVG) et l’endomètre. La procédure dure généralement moins d’une demi-heure. 

Il est parfois possible qu’un curetage ait lieu si l’aspiration n’a pas pu entièrement fonctionner. En effet, il peut parfois rester des résidus biologiques (ex. tissus placentaires) qui doivent alors être retirés. Le curetage vise donc à introduire un instrument en forme de cuillère qui va permettre de finaliser l’IVG en cas de besoin.

Les gynécologues sont les seul.es professionnel.les à pouvoir pratiquer une IVG chirurgicale.

OÙ PEUT-ON FAIRE UNE IVG ?

Planning Familial

L’IVG dite médicamenteuse peut se faire :

  • Au Planning Familial : jusqu’à 6 semaines de grossesse (8 semaines d’aménorrhée)
  • Dans un hôpital : jusqu’à 12 semaines de grossesse (14 semaines d’aménorrhée).
Hôpital

L’IVG chirurgicale se fait :

  • En milieu hospitalier uniquement.

Certain·es médecins généralistes ou gynécologues ne pratiquent pas l’IVG. Cependant, à votre demande, le·la médecin ou gynécologue est dans l’obligation de « vous assister dans la recherche d’un autre prestataire de soins de santé apte à assurer les soins requis. » Loi du 24 juillet 2014 relative aux droits et obligations du patient, art. 6.

COMBIEN COÛTE UNE IVG ?

L’interruption volontaire de grossesse est prise en charge à 100% par la CNS. Néanmoins, dans le cas des IVG chirurgicale, un frais de 25,50€ est à charge de la patient.e.

Pour toute personne qui n’est pas couverte par la CNS, veuillez vous adresser à votre professionnel.le de santé pour plus d’information.